Intimité Partagée

Intimité Partagée

Entretiens intimes ; partage introspectif et respectueux

Ella

Intimité Partagée a pour rêve d'inspirer à l'introspection et à la volonté d'avancer avec ses épreuves et ses émotions. Chaque être a quelque chose à raconter sur ce qu'il est, dans toute sa force à vivre, et ce podcast vous partage les bouts d'histoires intimes de ceux qui ont eu le courage de parler d'eux.

Podcast
En cours de lecture

Chloé - être voyageuse, anxieuse malgré soi et romantique

intimite partagee - chloe.mp3

intimite partagee - chloe.mp3

Votre navigateur n'a pas réussi à lancer la lecture du média. Essayez de le télécharger.

Télécharger Télécharger ( 69 Mo )

Dans cet épisode, je vous partage un bout de l'expérience de Chloé. Je suis très touchée par cet épisode, pour ce qu'il représente de courage et de soutien dans la volonté d'une de mes amies les plus introverties et, comme elle le signale dès le début de l'épisode, éloignée de mon cercle habituels de littéraires woke, de porter également son récit au sein de mon projet. On évoque son rapport au voyage comme source d'épanouissement et prise de risque stimulante, les difficultés qu'elle a eu par le passé à vivre avec des troubles du comportement alimentaire dus à une anxiété non consciente et comment elle a appris à mieux vivre avec, à le gérer et à l'anticiper. On parle également du rapport qu'elle entretient avec sa famille, première personne avide de liberté et d'ailleurs dans un cocon familial protecteur et de sa vision romantique de l'amour, entre projection et destin. Comme on vous le tease à un moment de l'épisode, vous retrouverez Chloé bientôt dans un Récit d'amitié qui retrace notre lien atypique mais précieux, dont vous pouvez avoir un aperçu dans la dose de reconnaissance mutuelle que l'on se donne à la fin de l'épisode.

Je vous souhaite de pouvoir suivre vos rêves avec confiance et talent, et surtout de prendre soin de vous et des personnes qui vous entourent.

Ella

Se repérer dans l'épisode :
00:00 : présentation et description de l'appartement
04:00 : s'épanouir par le voyage et l'expérience erasmus, et sortir régulièrement de sa zone de confort
20:40 : rapport au voyage construit en opposition à une éducation protectrice
27:00 : passer par l'écrit pour exprimer ses émotions
32:35 : les réactions du corps face aux périodes émotionnellement instables, TCA, somatisation et anxiété ; vivre avec et apprendre à le gérer
41:34 : se remettre d'une relation toxique. expérience des psys, l'efficacité de la microkinésithérapie
47:45 : être introvertie, avoir eu une enfance solitaire, être poisson et peu démonstrative
54:30 : grandir dans un contexte familial omniprésent, vivre dans la même maison que ses grands-parents
57:40 : la peur de l'échec comme principale source d'émotions fortes, se mettre la pression
1:01:22 : la solitude romantique et la pression (de soi comme du monde) de trouver "la bonne personne", croire au destin et se projeter, appréhender l'amour qui a un impact corporel
1:10:30 : les deux dernières questions ; vivre avec une bonne santé mentale
1:13:45 : reconnaissance mutuelle

Références citées :
Le vlogeur voyage Alex Vizeo
La microkinésithérapie
Le film Mr Nobody: "J'ai pas peur de mourir, j'ai peur de ne pas avoir assez vécu."

Pour me contacter, donner votre avis sur l'épisode, et pourquoi pas participer à Intimité Partagée ;
@intimitepartagee sur Instagram
Intimité Partagée sur Facebook
intimitepartagee@gmail.com par mail
Intimité Partagée sur Youtube

Musique :
Tom Rosenthal, Zavi

Visuels :
Poulby de l'Atelier du sensible
Son Instagram
Son Facebook

Podcast
En cours de lecture

Récit d'amitié - Nicolas et Louis

recit d'amitie - nicolas et louis.mp3

recit d'amitie - nicolas et louis.mp3

Votre navigateur n'a pas réussi à lancer la lecture du média. Essayez de le télécharger.

Télécharger Télécharger ( 77 Mo )

Dans ce premier épisode du nouveau concept "récit d'amitié", j'invite Nicolas et Louis à proposer le leur, entremêlé de leur deux voix. Je mets en avant ce lien intime pour encourager à la réflexion sur ce que nos proches nous apportent, que ce soit dans la construction de notre identité, dans le partage, dans l'enrichissement et dans les rires quotidiens qui allègent.

Dites-vous pourquoi vous vous aimez,

Ella

Se repérer dans l’épisode :
3:35 : évoluer ensemble, souvenirs et repère
11:10 : construction de l'amitié autour de l'écriture
28:00 : la réciprocité
33:00 : la masculinité reflétée dans leur relation, la pudeur émotionnelle et la différence de dynamique entre groupe et intimité
48:40 : se tirer vers le haut et être vulnérable
51:30 : le rapport à l'humour
59:40 : la difficulté de se remettre en question
1:05:30 : l'amitié à distance
1:13:00 : pourquoi vous vous aimez ? Reconnaissance mutuelle

Références citées dans le podcast :
Tokyo, perdus dans la grande ville de Graham Marks
"Where I'm calling from", nouvelle de Raymond Carver
Les Casseurs flowteurs et Bloqués pour la dynamique Orel/Gringe
Le podcast Mortel de Taous Merakchi

Pour me contacter, donner votre avis sur l'épisode, et pourquoi pas participer à Intimité Partagée ;
@intimitepartagee sur Instagram
Intimité Partagée sur Facebook
intimitepartagee@gmail.com par mail
Intimité Partagée sur Youtube

Musique :
Tom Rosenthal, Zavi

Visuels :
Poulby de l'Atelier du sensible
Son Instagram
Son Facebook

Podcast
En cours de lecture

Audrey et Ella - 5 lectures qui nous ont construites

audrey et ella - 5 lectures qui nous ont construites.mp3

audrey et ella - 5 lectures qui nous ont construites.mp3

Votre navigateur n'a pas réussi à lancer la lecture du média. Essayez de le télécharger.

Télécharger Télécharger ( 51 Mo )

Quelles sont les 5 lectures qui nous ont construites ?

Connaissant la passion pour la lecture d'Audrey, et notamment pour la littérature jeunesse, j'ai voulu faire cet hors série qui lie nos lectures à nos expériences et à nos constructions personnelles. On en ressort avec un épisode d'un peu moins d'une heure, entre pitch de livres, émotions en vrac et anecdotes (notamment la révélation de mon vrai prénom waw).

Bonne écoute, et partagez les livres importants dans vos vies autour de vous, l'inspiration est contagieuse.

Ella

Livres cités et repères de l'épisode :

00:20 : la série Anita Blake de Laurell K. Hamilton comme première expérience du féminisme
4:20 : Le petit prince d'Antoine de St Exupéry comme déclaration d'amour aux métaphores
7:35 : la fin du non mystère sur mes prénoms
9:45 : La déclaration de Gemma Malley comme construction du rapport d'Audrey à la science
13:20 : L'homme qui prenait sa femme pour un chapeau d'Oliver Sacks comme découverte de mon intérêt pour le mental et la neurologie (j'évoque également son autre livre Migraine)
16:40 : Jamais plus de Colleen Hoover comme origine du premier tatouage d'Audrey
21:57 : L'écume des jours de Boris Vian (j'évoque aussi J'irai cracher sur vos tombes)
27:25 : The Hate U Give d'Angie Thomas qui a fait comprendre à Audrey ce qui n'allait pas dans sa relation avec son père
33:56 : Ces gens qui ont peur d'avoir peur, mieux comprendre l'hypersensibilité d'Elaine Aron comme révélation nécessaire et importante
41:30 : Ubu roi d'Alfred Jarry comme construction du rapport d'Audrey à l'humour
46:45 : Contes de la folie ordinaire de Charles Bukowski comme point de départ de ce que je voudrais développer dans mon mémoire sur la masculinité (je parle aussi de son recueil de poésie Les jours s'en vont comme des chevaux sauvages dans les collines)
52:35 : le mépris ambiant pour la littérature jeunesse et les merveilles que l'on peut y trouver, je cite Le livre de perle de Timothée de Fombelle (je l'ai lu depuis et c'était magnifique)

Vous pouvez retrouver les lectures d'Audrey sur son compte instagram Les livres de dodo et son blog.

Pour me contacter, donner votre avis sur l'épisode, et pourquoi pas participer à Intimité Partagée ;
@intimitepartagee sur Instagram
Intimité Partagée sur Facebook
intimitepartagee@gmail.com par mail
Intimité Partagée sur Youtube

Musique :
Tom Rosenthal, Zavi

Visuels :
Poulby de l'Atelier du sensible
Son Instagram
Son Facebook

Podcast
En cours de lecture

Audrey – être danseuse, grosse et maternelle

audrey.mp3

audrey.mp3

Votre navigateur n'a pas réussi à lancer la lecture du média. Essayez de le télécharger.

Télécharger Télécharger ( 97 Mo )

Dans cet épisode je vous partage le récit qu’Audrey a souhaité porter. Pour la première fois, je vous partage l’histoire de quelqu’un qui a voulu porter sa voix spontanément, sans que j’aille la chercher et sans faire partie de mes amis proches, pour tenter cette expérience avec courage et vulnérabilité. Je ne peux que la remercier encore pour sa confiance qui m’a été précieuse et qui a fait naître un épisode riche et intense. J’ai été émue et révoltée à plusieurs reprises, car on y parle des discriminations qu’elle a pu subir dès l’école primaire, et qu’elle continue à subir aujourd’hui dans une société grossophobe et violente. J’ai surtout été touchée par la force des histoires d’Audrey, par sa façon de se raconter, de partager son intimité, qu’elle perçoit souvent comme négative mais remplie de poésie. Et j’ai été également touchée par sa reconnaissance, qui m’a portée et qui continue de me porter quand je repense à ses mots, ceux qui me remercient de lui avoir donner l’espace pour porter sa voix. Je doute souvent de la portée de ce podcast, mais ces mots-là me permettent de ne pas m’attarder sur mes doutes et de savoir que ça a du sens, peu importe lequel.

Beaucoup de ressources enrichissantes sont disponibles un peu plus loin, je vous invite vraiment à vous y pencher. Je vous souhaite des couleurs douces sur des murs blancs, et un regard bienveillant sur vous-même.

Ella

Se repérer dans l’épisode :
00:00 : présentation et description d’un appartement cocon, entre appropriation et inspiration
5:00 : ses passions : vivre d’autres vies à travers la lecture, s’y enfermer parfois pour fuir la solitude mais aussi s’en servir comme moteur pour fonder des amitiés solides. Réaliser sa légitimité à dessiner. « L’aquarelle ça m’apaise ».
14:40 : la danse comme appropriation de son corps et construction d’une estime de soi. Réaliser que l’on a un corps cohérent et fonctionnel, avec un sens du rythme grâce aux claquettes. Être capable et douée. « La danse c’est des moments où on rencontre le corps des autres. »
25:15 : « je suis une personne dans un corps gros ». De la difficulté d’être vue à cause de la méchanceté ambiante. L’école ou le lieu dans lequel se défendre c’est risquer d’être puni.e. Injustice, difficulté à réagir et absence de reconnaissance de la part des adultes.
33:30 : être victime de discrimination et de harcèlement de façon quotidienne, la période du collège. « On mange nos émotions », comprendre que la prise de poids révèle un problème à soigner.
38:40 : les cures d’été d’un mois ou camps pour personnes obèses vécues comme une punition et vaines. Entre pression et honte. Sa phobie des hôpitaux et son rejet des opérations.
45:45 : vivre dans une société dans laquelle la violence symbolique est omniprésente et quotidienne, créant des peurs et des obstacles. Prise de conscience tardive sur ce qu’est la grossophobie.
52:40 : les complexes, évolution progressive dans son rapport aux poils
59:00 : se considérer comme négative, « de manière générale je n’arrive pas à me dire qu’un moment était bien ». Essaie de se détacher de ce prisme dans son rapport aux autres. Peur d’être perçue à travers ce prisme qui l’enferme.
1:09:00 : correspond à son genre, découverte des questions de genre et de la transidentité tardive. Découverte de la masturbation après ses 18 ans et grâce aux livres. Le flou autour de la masturbation féminine et de l’orgasme, les blocages psychologiques.
1:20:45 : Ne jamais avoir eu de copain, les peurs et les complexes que cela entraîne, le sentiment de ne pas être « normale », le sentiment d’ « amputation ». Les difficultés de rencontrer quelqu’un.et ses expériences négatives avec les hommes qui ont créé un sentiment d’insécurité.
1:31:00 : son rapport à la maternité transmis par sa mère
1:36:55 : les deux dernières questions ; se couper les cheveux en signe d’émancipation, aimer son corps fonctionnel et harmonieux. Reconnaissance mutuelle pour cette prise de parole, du bienfait de mettre des mots sur les choses, de « reconnaître que j’ai le droit de le dire » et de porter sa voix.

Références citées:
L’affiche / mini bande dessinée « Émotion » à lire et
Poésie visuelle : la chaîne Youtube de Natacha Birds et en particulier cette vidéo sur les complexes
et le compte instagram de CamilleTalks
Son compte instagram dédié à la lecture ; Les livres de dodo
Le livre « « Gros » n’est pas un gros mot , chroniques d’une discrimination ordinaire », de Daria Marx et Eva Perez-Bello du collectif Gras Politique
La page facebook du collectif Gras Politique
Le court métrage « Grosse » écrit et réalisé par Maxime Ginolin, produit par la société FEDMIND et disponible sur Youtube
La marque de vêtements Grain de malice qui taille du 36 au 48
Le site Gyn&Co qui a pour but de regrouper une liste de soignant.e.s féministes et safe
Le livre « Normal(e) » de Lisa Williamson et Mathilde Tamae-Bouhon sur la transidentité
Les articles sexo de Madmoizelle sur la masturbation
L’émission de Paulette Magazine hébergée sur Clique sur le plaisir féminin
Le site de rencontre Be Tolerant qui se veut LGBT+ et bienveillant

Pour me contacter, donner votre avis sur l'épisode, et pourquoi pas participer à Intimité Partagée ;
@intimitepartagee sur Instagram
Intimité Partagée sur Facebook
intimitepartagee@gmail.com par mail
Intimité Partagée sur Youtube

Musique :
Tom Rosenthal, Zavi

Visuels :
Poulby de l'Atelier du sensible
Son Instagram
Son Facebook

Podcast
En cours de lecture

Fatima - être lectrice de fanfictions, bi et laborieusement libre

fatima.mp3

fatima.mp3

Votre navigateur n'a pas réussi à lancer la lecture du média. Essayez de le télécharger.

Télécharger Télécharger ( 96 Mo )

Dans cet épisode je m'invite dans l'appartement de Fatima, entourée de couleurs lumineuses. Nous avions prévu et préparé cette interview il y a déjà plusieurs mois, avec beaucoup d'émotions et pour ma part beaucoup de découvertes à propos du passé de mon amie rencontrée il y a bientôt trois ans. Le temps passé entre cette préparation et l'enregistrement que vous pouvez désormais écouter a permis de digérer ces émotions et de "faire la paix" avec ce qui est dit. On parle beaucoup de kpop et de fanfictions dans cet épisode, et je tiens à remercier Fatima de m'avoir fait découvrir un monde qui m'était complètement étranger. Cette ouverture m'a permise aujourd'hui de trouver moi aussi amour et réconfort dans ce genre musical qui m'apporte "ce que la musique en général m'apporte ; une respiration". On s'attarde également sur le passage par la prépa et la transition difficile quand on en sort. On parle ensuite longuement de son accès tardif à une liberté et une indépendance longtemps rêvée, de la pression familiale et d'identité. On évoque aussi sa déconstruction des clichés autour du BDSM, par le biais notamment des fanfictions qui ont été un puits sans fond d'éducation sexuelle et de découverte de ce qu'est le plaisir féminin. On finit sur un sujet qui me touche particulièrement, l'estime de soi et la découverte que l'on est "aimable"(j'ai possiblement eu quelques larmes dans les yeux à ce moment là). Je vous laisse découvrir l'intimité partagée de mon amie, qui a maintenant le courage d'affirmer ses sensibilités et de slay some demons.

"People love what other people are passionate about" (Lalaland),

Ella.

Se repérer dans l'épisode :
3:15 : la kpop et les fanfictions; respirer, créer des liens, mais garder pour soi pour ne pas avoir à affronter le mépris
18:00 : survivre à la prépa grâce aux dramas, ne pas savoir demander de l'aide et intérioriser
27:00 : l'après prépa et le lourd contrecoup physique comme mental
32:15 : avoir son propre espace pour la première fois, embrasser cette liberté dans un appartement à l'image de son intériorité.
40:30 : la pression familiale en tant qu'aînée de parents ouvriers, supporter le contrôle de fer d'une famille "conservatrice, pas conservatrice... conservatrice écoute"
49:15 : gagner en ouverture d'esprit grâce à la lecture
51:20 : la transition entre Italie et France et la solitude de la cour de récré en primaire
57:15 : se définir progressivement comme bi
1:04:30 : les fanfictions comme moyens de s'éduquer sexuellement, de déconstruire les clichés autour du BDSM et comme mode d'emploi du plaisir (notamment féminin). Se masturber en ayant peu d'espaces d'intimité et en contradiction avec les paroles de sa mère.
1:19:00 : sa relation abusive avec Twitter, source sans fond de ressources de fandom et moyen d'apprendre des opinions des autres et de mettre des mots sur la sienne.
1:24:45 : lien à l'écriture et à sa créativité ; rêver d'écrire un roman et avoir comme projet de mémoire l'étude des fictions. Le désir des adolescentes comme tabou de la société et les fictions comme rébellion sous-terraine (cf Sarah notre inspiration à tou.te.s)
1:32:50 : "je ne me déteste plus", la compréhension de soi comme chemin pour s'apprécier et se respecter. Le moment extrêmement chargé en émotions durant lequel elle s'est rendue compte qu'elle est aimable (et je la remercie encore de nous avoir partagé ça)
1:37:00 : de l'importance de prendre le temps de préparer cette interview et de laisser du temps s'écouler avant de l'enregistrer ; avoir du recul sur ses émotions et être prête à dépasser la peur d'être entendue sur des sujets aussi sensibles

Références citées :

Pour me contacter, donner votre avis sur l'épisode, et pourquoi pas participer à Intimité Partagée ;
@intimitepartagee sur Instagram
Intimité Partagée sur Facebook
intimitepartagee@gmail.com par mail
Intimité Partagée sur Youtube

Musique :
Tom Rosenthal, Zavi

Visuels :
Poulby de l'Atelier du sensible
Son Instagram
Son Facebook